Conseils et astuces

Un jardin naturel est riche en biodiversité. Mais privilégier la nature, ce n’est pas renoncer à tout entretien. Il existe de nombreux moyens de maintenir l’ordre et de se débarrasser des ravageurs sans utiliser de pesticides. En outre, un jardin entretenu sans substances nocives se régule plus facilement de lui-même. Sa plus grande biodiversité le rend plus résistant aux parasites et aux maladies et offre un habitat à de nombreux auxiliaires utiles.

chemin de gravier dans un jardin privé

Se débarrasser des mauvaises herbes

Les mauvaises herbes qui poussent dans le jardin, sur les chemins et les terrasses sont une épine dans le pied de nombreux jardiniers amateurs et propriétaires de zones gravillonnées. Heureusement, il existe différentes solutions pour y remédier sans recourir à la chimie.

 

Apprenez à apprécier les mauvaises herbes!

  • Les mauvaises herbes rehaussent la beauté naturelle d’un jardin: souvent considérées comme gênantes, les fleurs sauvages apportent également une profusion de couleurs. Les mauvaises herbes renforcent les défenses du jardin: les plantes à fleurs sauvages fournissent de la nourriture et un habitat aux insectes utiles, ce qui rend le jardin plus résistant aux parasites.
  • Les mauvaises herbes servent de base à la lutte biologique contre les parasites: avec des orties, on peut fabriquer un purin qui élimine les pucerons et agit comme un engrais. Vous en trouverez la recette sur le site de l’association La maison nature, par exemple.
  • Les mauvaises herbes peuvent agrémenter délicieusement nos menus: beaucoup de plantes sauvages sont également comestibles pour nous. Certaines sont même considérées comme des «super-aliments» particulièrement sains. Vous trouverez notamment des idées de recettes dans le bulletin La libellule de janvier 2019.

Comment tenir vos sentiers et terrasses propres?

  • Balayez régulièrement la zone avec un balai vigoureux pour enlever préventivement l’humus et les graines.
  • Arrachez régulièrement les mauvaises herbes avant qu’elles disséminent leurs graines et éliminez immédiatement tous les déchets végétaux.
  • Versez de l’eau bouillante sur les mauvaises herbes particulièrement tenaces. La plante et ses racines seront brûlées.
  • Grattez régulièrement les joints et les fissures avec un grattoir à joints et comblez-les avec du mortier ou du sable de jointement. Mieux encore: semez dans les joints de petites fleurs comme la sagine, le trèfle étoilé ou la drave.
  • Si tout cela vous semble trop fastidieux: optez pour des aménagements plus faciles d’entretien comme du gravier engazonné ou des dalles ajourées.

Protégez vos plates-bandes

  • Un paillis d’écorce ou de la sciure de bois entre les massifs empêche le développement des herbacées indésirables.
  • Les plantes couvre-sol comme la capucine, les fraises des bois ou l’épervière ne laissent aux mauvaises herbes ni place ni lumière pour pousser.
  • En complément, l’arrachage reste la meilleure et la plus complète des méthodes. Le mieux est d’enlever les mauvaises herbes avant qu’elles ne montent en graines.
Marienkäfer vertilgt Blattläuse

Lutter contre les parasites

Les ravageurs tels que les pucerons, les limaces ou les acariens sont les bêtes noires des passionnés de jardinage. Heureusement, il existe tout un éventail de moyens naturels et non toxiques pour chasser tous ces fléaux des jardins.

Faites appel à des auxiliaires zélés

  • Les coccinelles et leurs larves sont très friandes de pucerons. S’il n’y en a pas assez dans votre jardin, vous pouvez commander ces petits porte-bonheur en magasin et les appliquer directement sur les plantes infestées.
  • Les nématodes sont de minuscules vers filiformes que l’on peut acheter sous forme de poudre à mélanger à de l’eau dans un arrosoir. Ils sont extrêmement efficaces contre les mouches du terreau, les charançons des pins, les vers gris, les hannetons des jardins et les limaces.
  • Pour lutter contre les vers blancs, enfoncez dans le sol des grains d’orge inoculés par un champignon du genre Metarhizium. Le champignon se propage sous terre, infeste les vers blancs et les empêche ainsi d’endommager les racines des plantes. 
  • Les acariens prédateurs sont efficaces contre d’autres espèces d’acariens et contre les larves de thrips, les mouches du terreau, les collemboles, les cochenilles farineuses et les psylliodes. S’ils ne trouvent plus de proies, ils disparaissent d’eux-mêmes.
  • L’ichneumonidae, par exemple, pond ses œufs dans les larves des mouches blanches, ce qui les tue. Lui non plus ne vous posera pas de problème en lui-même. Il meurt dès qu’il a éliminé tous les parasites.
  • La bactérie «Bacillus thuringiensis» est plus efficace que les produits chimiques contre la pyrale du buis et plusieurs autres chenilles. Elle infeste les chenilles sans nuire aux autres insectes utiles.

Comment venir à bout des limaces et des escargots?

  • Répandez des nématodes: ces vers filiformes sont particulièrement efficaces contre les limaces pas encore adultes. Les gros spécimens, en revanche, peuvent leur survivre. 
  • Placez des barrières mécaniques: une barrière anti-limaces pour les plantes isolées ou une clôture anti-limaces autour du parterre empêche limaces et escargots de pénétrer dans le potager.
  • Aménagez des points de ramassage: si vous en avez le courage, vous pouvez contrôler la population de limaces en les ramassant. Plantez des espèces qu’elles apprécient particulièrement, telles que les tagètes (famille de l’œillet d’Inde et de la rose d’Inde), ou disposez des planches ou des briques dans votre jardin. Ces éléments attirent les limaces et facilitent leur ramassage.
  • Trouvez des alliés: les limaces léopards, les canards coureurs indiens et les hérissons sont particulièrement utiles. La limace est leur mets de prédilection. Les limaces léopards sont relativement courantes dans nos régions et doivent être considérées comme des amies de nos jardins. On peut également louer des canards coureurs pour de courtes périodes et attirer les hérissons en disposant des piles de bois ou des tas de branches et de feuilles.
  • L’association de plusieurs méthodes permet d’obtenir un résultat complet et durable.
  • Si plus rien n’y fait: en dernier recours, utilisez des granulés anti-limaces bio. Ils sont inoffensifs pour les animaux domestiques, les hérissons, les oiseaux et les vers de terre, mais le phosphate qu’ils contiennent pollue les sols et les eaux. Évitez impérativement les anti-limaces conventionnels: ils sont toxiques pour de nombreux animaux.

Misez sur les produits maison

  • Les bactéries lactiques attaquent le mildiou. En cas d’atteinte modérée, pulvérisez un mélange de lait et d’eau (1 volume de lait pour 9 volumes d’eau) sur le plant.
  • Une décoction d’ail (40 grammes d’ail pour 5 litres d’eau chaude, laissez reposer pendant 3 heures) chasse les parasites tels que les pucerons. Pulvérisez également le produit sur les plants atteints.
  • Le purin de feuilles de rhubarbe (faites bouillir 500 grammes de feuilles dans 3 litres d’eau) est efficace contre les chenilles et les pucerons. Aspergé régulièrement, il prévient également le mildiou.
  • Lisez: on peut préparer des décoctions efficaces avec beaucoup d’autres plantes. La prêle, par exemple, aide à lutter contre le marsonia (ou maladie des taches noires), les tétranyques et les tavelures, tandis que les feuilles de sureau préviennent la piéride du chou. Vous trouverez notamment des astuces et des recettes sur ecojardinage.ch.

Si toutes ces mesures n’ont aucun effet et que les parasites prennent le dessus, il peut être tentant de recourir à des pesticides de synthèse. Cependant, certaines substances sont à éviter impérativement. Elles ont un impact si néfaste sur l’eau, les insectes ou notre santé que le jeu n’en vaut pas la chandelle. Vous en trouverez des exemples dans notre liste de produits à proscrire.

 

mur en pierre dans jardin privé

Prévenir la prolifération des parasites

Mieux vaut prévenir que guérir: le mieux est donc de ne laisser aux ravageurs aucune chance de se développer. Ce principe n’est pas seulement valable lorsqu’on crée un jardin. De nombreuses actions préventives peuvent être mises en œuvre à un stade ultérieur.

 

Créez des habitats

Associez judicieusement les plantes

  • Le basilic, l’ail et la ciboulette résistent au mildiou. Uniformément répartis entre les autres plantes, ils arrêtent la propagation du champignon.
  • Les oignons repoussent les mouches de la carotte, les tétranyques et les maladies fongiques. Ils font de bons voisins pour les plantes sensibles à ces parasites, en particulier les fraises et les carottes.
  • L’odeur de la lavande a un effet répulsif sur les poux et les fourmis. Elle est donc idéale en bordure de jardin.
  • De façon générale, des plantations mixtes offrent la meilleure protection contre les parasites et les maladies.

Autres moyens d’action