Conséquences

Les solvants et les biocides contenus dans les peintures et les vernis peuvent présenter un risque pour la santé et l’environnement. Les composés organiques volatils (COV) présents dans les solvants s’évaporent lors de l’application ou de la pulvérisation et sont en partie inhalés par les voies respiratoires. Ils peuvent engendrer des maux de tête et des troubles de la mémoire et de l’orientation. On les soupçonne également d’être cancérigènes. En outre, de nombreuses substances sont dangereuses pour les enfants à naître et ne doivent jamais être utilisées pendant la grossesse.

 

Les graves effets des solvants

Une exposition fréquente aux COV peut causer des dommages à long terme au système nerveux, aux reins et au foie. Et les solvants ont un autre effet secondaire moins connu: l’ototoxicité. C’est-à-dire qu’ils ont un effet destructeur sur l’oreille interne. Les solvants qui s’évaporent pénètrent dans l’oreille interne et endommagent le système vestibulaire (organe de l’équilibre) et parfois aussi les nerfs qui vont de l’oreille au cerveau.

Les COV sont également un problème pour l’environnement. Sous l’effet du soleil, ils réagissent dans l’air avec les composés azotés et forment l’ozone troposphérique, également appelé «smog estival». Chez l’être humain, cet ozone peut provoquer une irritation des voies respiratoires et des muqueuses, ainsi que des maux de tête et de la toux. Les végétaux aussi en souffrent, en particulier les arbres et arbustes feuillus, mais aussi de nombreuses plantes cultivées dont le métabolisme est perturbé et la croissance freinée.

Faut-il protéger à tout prix les matériaux?

Après leur application, les biocides utilisés pour protéger les bâtiments, les meubles et les accessoires de jardin sont libérés en continu dans l’environnement et entrent également en contact avec les humains, notamment par la peau. Beaucoup de ces produits sont soupçonnés d’être cancérigènes, toxiques pour le foie et nocifs pour le système nerveux. Au fil du temps, les biocides contenus dans les enduits et les peintures pour façade sont lessivés par la pluie et pénètrent dans le sol et dans l’eau. Ils deviennent très dangereux, même en faibles quantités, pour les petits organismes aquatiques notamment. Mieux vaut donc renoncer aux peintures et vernis contenant des biocides et adopter des méthodes propres pour tenir les parasites en échec.